World Tour 22 (Belgique) : Le bilan

vendredi 5 juin 2009

Bonjour à toutes et à tous,

Cela fait déjà 5 semaines aujourd’hui que je suis rentré de mon Tour du Monde et je me rends compte que je n’ai toujours pas terminé la série de mail « World Tour ».  En ce jour je reprends donc ma plume, ou plutôt mon clavier, pour faire le résumé et tirer le bilan  des 6 mois exceptionnels que je viens de vivre et qui sont encore tout chaud dans mon esprit. Cet article, que j’ai commencé à écrire en Floride, c’est bel et bien de ma Belgique et de ma ville de Liège que je le termine.

Mon aventure de 6 mois vient de toucher à sa fin et en laisse bien entendu présager beaucoup d’autres.   6 mois? C’est étrange, j’ai vraiment l’impression d’avoir quitté la maison il y a deux ans! Quand je repense au portefeuille perdu dans un taxi de Singapour, j’ai souvent l’impression que ce n’est pas arrivé sur ce voyage ci mais il y a quelques années au cours de vacances précédentes.  En réalité, même quand je repense à l’Arizona j’ai l’impression que c’est déjà bien loin. La raison en est toute simple évidemment : le voyage a été tellement intense et chargé que j’ai multiplié les différentes expériences, les pays si différents et les rencontres… Le tout me donne tellement de points de repère et de souvenirs que c’est difficile de tout caser dans l’espace que mon cerveau veut bien accorder à ces 6 derniers mois.

J’aimerais commencer cet article par un retour en arrière et une revisite des pays traversés et des moments forts du voyage. C’est le 3 Novembre que j’ai quitté la maison avec Geoffrey en direction de l’Asie. Depuis, je suis entré dans 13 pays différents sur 3 continents, 6 en Asie, 4 en Océanie et 3 en Amérique du Nord. Dans certains de ces pays mon passage a été éclair, alors que dans d’autres il a été beaucoup plus approfondi. Voici un petit récapitulatif du voyage….

Après une étape de 24 heures à Singapour, avec Geoffrey, nous sommes arrivés en Thaïlande. Pays que nous avons traversé ensemble du Sud au Nord en 3 grosses semaines avant de faire une incursion au Myanmar. De là je suis parti seul vers le Laos que j’ai traversé du Nord au Sud en 10 jours pour rejoindre le Cambodge où je suis également resté 10 jours. C’est ensuite par le Sud que je suis entré au Vietnam alors que je prenais mon avion au Nord du pays deux semaines plus tard. Il était alors temps de rejoindre des têtes plus connues pour passer les fêtes, et c’est ainsi que j’ai atterri en Australie pour y passer une dizaine de jours. Avec Geoffrey de nouveau, nous avons pris la direction de la Nouvelle-Zélande où nous avons passé 8 jours ensembles avant que je ne continue ma route au pays des kiwis pour encore plus d’1 mois. L’étape suivante était l’invité surprise de ce tour du monde puisque j’ai ajouté en dernière minute un passage d’une semaine par le Vanuatu. Tout aussi « pacifique » a été la dizaine de jours passée aux Fidji avant de partir pour l’Amérique du Nord. La traversée de Vancouver à Miami via Los Angeles et Chihuahua n’a pas été sans peine mais en un peu moins de deux mois, je serai parti du Sud Ouest du Canada pour rejoindre le Sud Est des Etats-Unis tout en passant par le Mexique et le Sud Ouest US! Il parait qu’il faut le faire une fois dans sa vie…

Evidemment un tel périple est rempli de moments forts qui sont marqués dans ma mémoire et qui me seront autant d’anecdotes et d’histoires à raconter. En voici une série qui prouve la richesse de ce voyage:

– Le passage de ma licence de plongée pendant la mousson à Ko Tao

– La journée en scooter au bord de la rivière Kwaï

– Les 80 kilomètres de nuit en Tuk-Tuk pour rejoindre Ayutthaya

– Le trek dans la jungle thaïlandaise avec rafting, ballade à dos d’éléphants et sympathiques rencontres

– Le passage clandestin par la montagne d’un contrôle militaire au Myanmar

– Le repas au Myanmar où j’ai demandé aux charmantes demoiselles de m’amener à manger sans avoir le moindre indice de ce que j’allais avoir dans mon assiette.

– Le passage de la frontière Thaïlande – Laos en barque!

– La descente du Mékong pendant deux jours.

– Vang Vieng « La Mecque » des backpackers

– La merveille des temples d’Angkor Wat au Cambodge

– La croisière dans la baie d’Ha Long

– La visite des villages de minorités ethniques dans le Nord du Vietnam

– Les retrouvailles belges le lendemain de Noël à Port Macquarie

– Le Nouvel An sur la plage à Sydney pour la deuxième fois de ma vie

– L’embourbage de la voiture au bord d’une rivière en Nouvelle-Zélande

– La recherche de baleines en hélicoptère

– Les repas entre travailleurs à Blenheim

– La visite des caves néo-zélandaises et californiennes

– Le skydive à Taupo

– Le volcan Yasur en éruption au Vanuatu

– Le village « préhistorique » de Yakel

– Les îles paradisiaques des Fidji

– La shark dive aux Fidji!

– Le ski par -32 degrés en Alberta au Canada

– Le ski par 5 degrés à Salt Lake City

– Le Golden Gate de San Francisco

– Los Angeles et Beverly Hills, Hollywood, Universal Studio,…

– Las Vegas, baby….

– Les parcs nationaux de l’Ouest américain : Le Grand Canyon, Dead Horse Point, Arches National Park, le Yosemite, The Big Sour, Death Valley, Monument Valley, la Mesa Verde, le Canyon de Chelly!

– La descente du canyon de Chelly à cheval avec un guide Navajos

– Les bars de La Nouvelle-Orléans

– …..

Et je passe tellement d’endroits ou de moments qui pourraient également se retrouver dans cette liste!

Si j’ai souvent exprimé le fait que ce Tour du Monde se faisait en solitaire, c’est parce que je me suis souvent retrouvé en tête à tête avec moi même et que j’ai bouclé la boucle seul. Cependant il ne faut pas se méprendre, la réussite de ce voyage est aussi liée à beaucoup d’amis et de personnes qui ont fait un bout de chemin avec moi. Il y a ceux rencontrés sur place, mais il y a aussi tous les amis que je connais de plus longue date qui m’ont accueilli chez eux ou accompagné sur une partie de la route. Il y a bien entendu Geoffrey avec qui j’ai visité Singapour, la Thaïlande et avec qui je suis rentré au Myanmar, puis que j’ai retrouvé pour 3 semaines en Australie et en Nouvelle-Zélande. Dans cette catégorie, j’ai également une pensée pour Laura et Etienne retrouvés pour quelques jours en Australie, Jay et Franki avec qui j’ai passé le Nouvel An à Sydney, Jane Waddell chez qui j’avais passé 1 mois voici 4 ans et qui m’a de nouveau accueilli à bras ouverts chez elle à Sydney, Alexis qui était mon maître de stage au Mali et qui m’a donné la chance incroyable de visiter le Vanuatu, Cédric que la chance a placé sur ma route à Salt Lake City, Rémi qui est venu passer son dernier voyage de célibataire en Californie, Vincent qui m’a accueilli chez lui au Mexique, Benja qui en a fait de même à La Nouvelle Orléans, et enfin ma famille de Floride chez qui j’ai terminé mon voyage! Et puis comme voyager c’est aussi rencontrer des nouvelles têtes, je ne peux passer sur tous ceux qui m’étaient inconnus et avec qui je partage de superbes souvenirs :

– Nicole et Dominic en Thaïlande

– Rens, Maaike et Peter en Thaïlande et au Laos

– Nicole et Luc au Laos

– Susana et Naomi au Vietnam

– Bindy, Emily et Rhéa en Australie puis en Nouvelle-Zélande

– Benoît, Sophie, Petra, Arwid, Jimmy, Federico en Nouvelle-Zélande

– Maaike, Shereene, Marian, Benja aux Fiji

– Eliette, Marie aux Etats-Unis 

Bien entendu le monde n’est pas peuplé uniquement de backpackers et d’européens! Aujourd’hui je suis impressionné par la différence entre les diverses cultures et ethnies qui peuples notre planète. Je trouve magnifique, interpellant, intriguant, fascinant que des joueurs de casinos de Las Vegas aux indigènes du Vanuatu nous soyons tous des êtres égaux, et pourtant si différents, membres de la même espèce! Et pour ce rendre compte de cette diversité humaine, il faut absolument voyager le monde…. Je suis heureux de pouvoir me dire que sur mes derniers voyages, j’ai rencontrés des indiens d’Amazonie au Pérou, des habitants des montagnes chiliennes, des Dogons du Mali, des Mongs du Vietnam, des Aborigènes d’Australie, des Maoris de Nouvelle-Zélande, des Ni-vanuatus du Vanuatu, des cow-boys australiens, les américains de « l’Amérique profonde » mais aussi ceux de Hollywood, Las Vegas, New-York et Vancouver….

 Bien entendu un tour du monde ne se réalise pas sans que surviennent quelques problèmes. Mais bon, comme le veut ma devise, qu’ils soient mentaux, physiques ou logistiques, ces problèmes finissent toujours par se transformer en souvenirs. Voici un petit tour des moments difficiles:

– 12 heures après mon départ je perdais mon portefeuille à Singapour!

– la solitude au Cambodge et pendant ma remontée du Vietnam

– à mon arrivée à Sydney, le blocage de ma carte Visa par ma banque qui m’avait gentiment renvoyé une nouvelle carte chez moi à Liège

– la chute de mon nouvel appareil photo dans le sable qui causa directement sa mort

– le vol de mon sac à dos pendant la soirée du Nouvel An à Sydney (sac qu’on a retrouvé sur le dos du voleur dans un bus)

– les journées à m’arracher les mains dans les vignobles néo-zélandais pour gagner des clopinettes

– la sortie du bus à Banff en Alberta au Canada par -32° alors j’arrivais de +37° aux Fidji!

– la vie dure qui est menée aux backpackers pour voyager aux Etats-Unis

– la grippe qui arriva en Arizona

– la tempête de sable en Arizona et la tempête de neige au Colorado… 

J’ai envie d’écrire à propos d’une chose: la chance. Un grand nombre de fois j’ai entendu dire « Tu as bien de la chance ». Chaque fois, j’avais pourtant tellement envie de répondre que ca n’avait rien avoir avec de la chance! Economiser pendant deux ans, quitter son boulot sans savoir de quoi l’avenir sera fait, quiter sa famille et ses amis  pour contourner le monde en solitaire avec un sac sur le dos et un budget étriqué, je n’ai pas l’impression que ce soit de la chance. Pour moi c’est juste la volonté de vivre son rêve au moment où il est possible et de ne pas laisser passer l’occasion lorsqu’elle se présente. Partir faire de la plongée en Thaïlande, traverser la Nouvelle-Zélande, bronzer sur des îles paradisiaques des Fidji ou parcourir les Etats-Unis, c’est  un choix difficile à prendre (même si ça peut paraître étonnant)! Et la chance, ça ne se choisit pas….

J’ai bien entendu aussi quelques remerciements à adresser, car sans des aides à certains moments j’aurais sans aucun doute connu des moments bien plus difficiles. Et bien entendu, les premiers remerciements vont à mes parents qui étaient toujours là pour arranger les bidons en Belgique lorsque j’avais un problème (et je pense entre autre à toutes les difficultés liées à mes cartes de banques…). Je remercie ensuite tous les amis dont j’ai parlé plus haut pour leur accueil pendant mon voyage ou le fait d’être venu m’accompagner pendant un bout de chemin. Merci également à ma famille et  aux amis avec qui je suis toujours resté en contact, qui m’écrivaient et qui me donnaient de leurs nouvelles. Vous n’imaginez pas à quel point ça fait plaisir de recevoir des nouvelles du pays quand on est au bout du monde! Et enfin il me reste à remercier tous les lecteurs de ce blog. Ces articles ça me fait un souvenir personnel incroyable, mais s’ils n’avaient pas été lus et appréciés comme ils l’ont été je ne me serais jamais tenu à les écrire jusqu’au bout. Ce me faisait toujours un plaisir énorme de recevoir des retours et des commentaires par rapport à mes articles. Comme j’étais ravi de voir les statistiques du blog ou de recevoir des messages de félicitations de parfaits inconnus lisant mes articles dans différents pays! Il y a eu pendant ces 6 mois plus de 7000 visites sur le site et il y avait presque 200 personnes qui lisaient chaque nouvel article dans les 3 jours de sa publication sur le blog.

Aujourd’hui je me suis très vite réhabitué à la vie belge. Le retour au pays c’est un moment auquel j’ai pensé et que j’ai imaginé des dizaines fois, comme lors de mon année en Australie d’ailleurs, et pourtant la magie du retour est finalement très courte. Et la raison en est très simple. Après les heureuses accolades de retrouvailles, je me rends vite compte que la famille et les amis n’ont pas changé et que les liens ne se détériorent pas en 6 mois. Tout reprend donc très vite comme si rien ne s’était passé et pourtant à l’intérieur de moi il y a un rêve de réalisé, des nouveaux amis aux 4 coins de la Terre, une vision de plus en plus large de notre magnifique planète et une aventure humaine dont je sors plus que grandi.

A peine rentré, j’ai très vite déménagé pour m’installer toujours à Liège mais pourtant à la campagne…. J’ai jusqu’ici bien profité de mes amis et je compte encore bien le faire, mais je commence bien entendu à me mettre en quête d’un nouveau boulot.

On me demande souvent si je n’ai pas trouvé un pays où je voudrais m’expatrier. Mais malgré les merveilles dont regorge le monde, l’endroit où je veux vivre c’est toujours bien ici. On se rend compte à quel point on est bien chez soit lorsque l’on voyage.  Je suis donc plutôt un adepte du « partir loin pour toujours mieux revenir ». Pourtant il y toujours une chose qui m’énerve fort chez nous, c’est le négativisme et la complainte. Combien de fois dois-je écouter des gens qui se plaignent de notre système politique pourri, de l’insécurité dans nos rues, de mauvais patrons, etc….? Pourtant je pense que les gens qui se plaignent en permanence de notre vie en Belgique, ce sont des personnes qui ne sont jamais sorties bien loin au dehors de nos frontières. Il y a bien peu de femmes et d’hommes qui vivent dans un système démocratique comme le notre, qui ont droit à un système de justice et de police comme le nôtre, qui bénéficient de lois sociales comme les nôtres, qui ont accès aux ressources qui sont les nôtres ou qui peuvent bénéficier d’un système d’éducation comme le nôtre! Et il n’y a pas besoin d’aller au Cambodge, au Mali ou en Bolivie pour s’en rendre compte, il suffit d’aller dans n’importe quel état des Etats-Unis…

    

 Un Tour du Monde ….. ça s’est fait!!!! Quelle belle planète!

 

A bientôt j’espère pour de nouvelles aventures,

 

Goral

 

Publicités