World Tour 5 (Laos) : Au fil du Mékong

vendredi 28 novembre 2008

 Bonjour tout le monde,

 

C’est d’Indochine que je vous retrouve cette fois pour vous faire part des mes dernières aventures autour du monde. Je me trouve donc actuellement au Laos qui est un des trois pays qui formaient l’Indochine. Et ce n’est donc pas très étonnant de retrouver ici une forte empreinte française! Depuis le passage de la frontière avec la Thaïlande on trouve partout des baguettes Nutella ou Vache qui Rit, des retraités français venus habiter la région, des anciennes indications officielles françaises qui n’ont jamais été changées et même des bars à vin!

Bref vous l’aurez compris, depuis mon dernier mail, j’ai bien réussi à passer la frontière et j’ai pu obtenir mon visa laos sans trop de problèmes. Assez amusant, la frontière se traverse en barque! On vous met un cachet de sortie dans votre passeport sur une rive, puis quand la barque arrive en face on vous met un cachet d’entrée. Cela fait maintenant une semaine que je voyage seul et pourtant je n’ai pas encore passé une seule journée … seul! Au programme de ce mail, je vous expliquerai donc avec qui j’ai passé ces dernières journées et ce que j’ai fait dans ce pays qui se révèle extrêmement beau!

Comme je viens de vous le laisser comprendre, je suis en admiration devant ce pays méconnu en Europe et qui est pourtant absolument superbe. Le Laos est incontestablement plus naturel, sauvage, rural que son voisin thaïlandais qui attire les foules de touristes. Pour un amateur de paysages naturels, montagneux et sauvages, le Laos est incontestablement une destination de voyage idéal! Pas étonnant que je me sente donc très bien ici… Rivières, petits villages construits en bambou et montagnes couvertes de végétation tropicale ou de rizières forment mon décor quotidien depuis maintenant plusieurs jours. Pourtant je ne peux pas dire que je me sois vraiment arrêté pour profiter paisiblement des lieux. Vous allez comprendre  que j’ai fait beaucoup de kilomètres par divers moyens de transport pour descendre vers le Sud au fil du Mékong.

Je traverse donc actuellement le Laos depuis le Nord vers le Sud afin de rejoindre ensuite le Cambodge. Pour entamer ce trajet, j’ai embarqué sur un bateau afin de rejoindre Luang Prabang, petite ville du Nord qui est classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Le trajet a duré 2 jours!!! Evidemment je m’étais imaginé que ces bateaux dont on m’avait beaucoup parlés avaient un minimum de confort. Je dois même avouer que je m’attendais plus à une petite croisière au fil du fleuve. En voyant le bateau j’ai vite compris que ce n’était pas le cas! Nous avions pour siège un banc en bois (style école primaire des années 40) sur lequel j’allais passer 2 fois 8 heures! Nous étions une centaine sur une sorte de très longue barque sur laquelle il y avait 70 places maximum. Certains voyageurs n’avaient donc même pas de place assise pour le trajet! Il n’empêche que, même si le confort était limité, les paysages traversés étaient magnifiques. C’est vraiment ces images là que j’avais en tète quand je me suis dit que l’Asie du Sud-Est ferait un bon début  pour mon tour du monde. Tout au long de ces deux journées, nous avons croisées des petits villages isolés qui vivent de la pèche et de la culture de rizières. Malheureusement, il faut bien dire aussi que la population est plus pauvre ici qu’en Thaïlande.  

C’est un peu avant de monter sur le bateau que j’ai fait la connaissance de Anders et Thomas, un danois et un français, avec qui j’ai passé les jours qui ont suivis. Entre ces deux jours de voyage, nous avons passé la nuit dans un petit village qui s’est transformé en véritable relais pour les nombreux touristiques qui débarquent tous les jours en direction de Luang Prabang. J’avoue que même si je ne regrette pas du tout d’avoir opté pour ce trajet en bateau, j’étais très content d’arriver à destination! D’autant plus que j’y ai découvert une petite ville très agréable et beaucoup plus paisible que les autres villes que j’avais eu l’occasion de traverser. Pour nous retaper, nous avons donc été manger un petit repas Laos acheté dans la rue pour quelques cents! Et puis surprise, je suis retombé sur Rens, Peter et Maaike, les 3 hollandais avec qui nous avions fait le trek dans la jungle en Thaïlande. Nous avons donc été tous ensembles prendre quelques verres dans les bars d’un vieux style colonial de Luang Prabang. Nous nous sommes mis d’accord avec les hollandais pour nous retrouver plus loin dans le pays, et j’ai fini la soirée avec Thomas et Andres. Il faut dire que les soirées se finissent tôt pour le moment car il y a un couvre feu!

La journée qui a suivi a été consacrée à se remettre en forme! Une longue nuit, une baignade dans une superbe cascade à l’eau turquoise et un coucher du soleil sur le Mékong nous ont ouvert l’appétit pour un bon resto français et une bouteille de vin! On a que le bien qu’on se donne…

J’ai ensuite repris la route seul le lendemain. Cette fois, je me retrouvais dans un mini-van qui n’était pas beaucoup plus confortable que le bateau pour un trajet de 7 heures à travers les montagnes. Cette fois, je n’admirais plus les montagnes d’en bas sur la rivière, mais bien d’en haut sur les crêtes!  D’une manière ou d’une autre, c’est toujours aussi beau en tout cas. La destination était cette fois Vang Vieng, une petite ville entourée de montagnes. J’y ai retrouvé les 2 hollandais et l’hollandaise qui m’avaient dit dans quel Guest House ils seraient. Nous avons donc passé les deux jours suivants ensembles. Pour un backpacker, c’est un endroit à voir mais pas pour trop longtemps. Malgré tous ces défauts, j’ai passé un très bon moment à Vang Vieng. C’est une ville qui a perdu tout son charme asiatique pour se tourner exclusivement vers les jeunes touristes en quête d’amusement, de sports aquatiques, de fêtes,…. Les rues sont pleines de bars qui sont eux-mêmes pleins de backpackers (eux même pleins….) venus dépenser tout leur fric! Le sport national est le tubing. Sport extrême difficile et dangereux que j’ai bien entendu voulu tester! Le tubing consiste à s’assoir sur une chambre à air de camion et à se laisser aller sur la rivière pendant trois kilomètres. Maintenant que vous comprenez la règle de base, il faut expliquer les dangers de ce sport. Le long de la rivière une vingtaine de bars ont été disposés. On s’arrête donc à chaque bar, on profite du soleil, de la musique et d’un bucket (un petit sceau rempli de boisson qu’on boit à 4 ou 5 avec des pailles). Quand on en a envie, on jette sa bouée à l’eau et on continue. Ce qui devient vraiment sportif, c’est qu’on trouve des activités à tous ces bars. La plus populaire est le swing! Je vous explique. Des miradors en bois sont construits au bord de la rivière, de ces miradors partent des câbles, sur ces cables un bout de bois est accroché! Il ne reste plus aux plus aventureux qu’à escalader le mirador se pendre au bout de bois, à se lancer dans le vide, puis à se lâcher au milieu de la rivière. J’avoue que je comprends toujours pas comment j’ai osé, mais je l’ai fait! Et je l’ai même fait à tous les bars ou il y avait un swing. Il y avait aussi un bar « bain de boue » et un bar avec un énorme toboggan du style tremplin à ski qui nous envoyait vers le ciel afin de mieux s’écraser dans l’eau…  On pourrait comparer le tubing à une sorte de Saint-Torè pour backpackers où l’on passe d’un bar à l’autre couché sur une chambre à air! Le tubing c’est à faire, mais pour le charme asiatique et la simplicité du Laos il faut aller voir plus loin…

Ce que j’ai fait en compagnie de Peter, un des hollandais. Peter rentre au Pays-Bas et doit rejoindre Bangkok! Vu la situation actuelle en Thaïlande, je l’ai quitté ce matin fort inquiet au sujet de son retour, et ça se comprends! Nous avons donc rejoint Vientiane, la capitale, ensemble. Et cette fois nous avions choisi un autre sport aquatique: le kayak. Nous avons donc de nouveau passé une nouvelle journée sur l’eau avant de rejoindre la capitale hier d’où je vous écris aujourd’hui. Je suis maintenant de nouveau seul sur la route. Route que je reprends ce soir via un bus de nuit à destination du Sud du pays.

Voila, vous avez maintenant une meilleure idée de ce à quoi je passe mes journées pendant que vous sortez vos moufles pour vous protéger de la neige!

Pour ce qui est des considérations plus générales, sachez que je trouve la nourriture du pays très bonne et que je deviens un roi de la baguette! Néanmoins, je ne crache pas de temps en temps sur un plat occidental. Ca fait toujours plaisir.

Vous pouvez me joindre sur mon numéro belge par sms. Ma carte thaïlandaise ne m’est plus utile depuis que j’ai passé la frontière. Mon GSM et mon lecteur MP3, qui avaient décidé de prendre leurs vacances annuelles la semaine passée, ce sont visiblement décidés à refonctioner normalement. Espérons que ça dure! J’avais oublié de vous le signaler malgré un message de mon père: je suis ici 6 heures en avance sur l’heure belge.

Je dois aussi m’habituer à changer régulièrement de monnaie. Ce qui n’est pas spécialement évident! Ici, je paie en kip (11 000 kip = 1 euro). Quand je veux payer avec un billet de 20 000 kip, ils me le refusent parce que c’est trop gros….. Où va le monde! Quand je demande à un habitant où je peux poster une carte postale, il me regarde comme si je tombais en ligne droite de la planète Mars!

La vie ne coute pas chère ici, pourtant je dépense plus que ce que je le pensais! Moins c’est cher, plus on achète et plus on achète, plus c’est cher…. C’est un peu comme l’histoire de l’œuf et la poule! J’espère donc que je ne vais pas devoir passer mes dernières semaines aux USA à manger des radis! Il faut dire que je ne me prive pas et que je profite bien de la vie! 

Je me rends également compte que je bouge beaucoup plus que lorsque j’étais en Australie et que j’ai donc toujours beaucoup de choses à raconter. Ce n’est pas évident de suivre le rythme des mails pour moi (peut être que pour vous aussi d’ailleurs!). Il y a donc à chaque fois des choses que je voudrais raconter mais que je ne peux pas…

Je vous souhaite à tous un excellent début de Village de Noël! J’aurai inévitablement une pensée vers le Tivoli ce week-end…

 

A la prochaine,

Goral

 

 

 

 

 

 

Publicités